Football: nés en Afrique, héros de l’Euro

Plus de 30 joueurs nés sur le continent africain ont déjà participé à une phase finale du Championnat d’Europe des nations – dont la 16e édition débute ce 11 juin 2021 à Rome – et 6 d’entre eux ont même remporté la compétition.

On peut être né à Bamako et devenir champion d’Europe : Jean Tigana l’a fait en 1984. On peut être né à Dakar et gagner l’Euro : Patrick Vieira l’a fait en 2000, aux côtés de Marcel Desailly, lui-même né à Accra. Pendant plus de 30 ans, seuls ces 3 Africains de naissance ayant revêtu le maillot bleu de l’équipe de France avaient pu décrocher le Graal sur le Vieux Continent : le trophée Henri-Delaunay, du nom du Français inspirateur de la compétition et premier secrétaire général de l’UEFA (en 1954). Mais, au terme de l’Euro 2016, le contingent de joueurs nés en Afrique sacrés champions d’Europe a doublé et ce n’est pas la France qui l’a emporté cette fois-ci. Dans la sélection portugaise qui a surpris les Bleus au Stade de France, il n’y avait pas moins de 3 joueurs nés en Afrique : le milieu défensif Danilo Pereira (qui joue désormais au PSG), originaire de Guinée Bissau, son alter ego William Carvalho (Betis Séville), natif d’Angola, ainsi que Eder (Lokomotiv Moscou), auteur du but de la victoire lusitanienne en finale, lui aussi né à Bissau.

Une trentaine de joueurs nés en Afrique…

Si on trouve désormais 6 Africains de naissance au palmarès de l’Euro, ils sont bien plus nombreux à être nés sur le « continent noir » et à avoir participé à la compétition. On en dénombre une trentaine (voir liste ci-dessous) et le plus fort contingent dans l’histoire du Championnat d’Europe des nations ne se trouve pas en France mais au Portugal. Pas moins de 14 joueurs nés en Angola, au Mozambique, au Cap-Vert, en Guinée-Bissau, à Sao Tomé, en RDC et même en Afrique du Sud ont ainsi été retenus par les sélectionneurs portugais successifs pour une ou plusieurs éditions de l’Euro. Et, dès la première qualification du Portugal pour la phase finale, en 1984 en France, un attaquant né 32 ans plus tôt à Benguela a éclaboussé la compétition : Rui Manuel Trindade Jordao a marqué un doublé contre l’équipe de France de Platini et Tigana (3-2 AP), en demi-finale à Marseille, et a failli l’éliminer… 32 ans avant le but d’Eder en finale. Décédé en 2019 à 67 ans, Jordao reste le premier buteur de l’Euro né en Afrique.

Lire la suite sur RFI.FR

Par Xavier Barret

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s