Covid-19 : Les “effets secondaires” positifs inattendus de la vaccination

Les vaccins contre la Covid-19 protègent-ils contre l’infection ou préviennent-ils les formes graves de la maladie ?

Cette question a suscité de nombreux débats au sein de la communauté scientifique ces dernières semaines.

D’après ce que l’on sait jusqu’à présent, les vaccins déjà approuvés dans plusieurs pays ont une bonne efficacité dans la prévention de la Covid-19 avec symptômes (rappelez-vous bien le mot symptômes).

Mais cela ne veut pas dire que ses bénéfices se limitent à cela : l’expérience du monde réel, dans les campagnes de vaccination les plus avancées dans certains pays, révèle que les doses actuellement utilisées apportent d’autres bénéfices dans la lutte contre la pandémie.

Les données d’Israël, où la vaccination est plus avancée, donnent des résultats meilleurs que prévu, tels qu’une baisse spectaculaire des cas de COVID-19, des hospitalisations et des décès.

Il est également prouvé que les vaccins aident à combattre les symptômes bénins qui, bien que bénins, envoient toujours les patients à l’hôpital.

Même stratégie, résultats multiples

Pour comprendre comment les scientifiques sont arrivés à ces conclusions, il faut remonter au 9 avril 2020, lorsque l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié un document qui allait définir les règles du jeu.

Dans les lignes directrices, elle a établi les exigences minimales pour qu’un vaccin contre le “nouveau” coronavirus soit approuvé.

Parmi les critères et spécifications techniques, une règle a été soulignée comme étant la plus importante : le vaccin contre la Covid-19 doit avoir un taux de réussite minimum de 50% dans trois circonstances : sur une infection, sur les symptômes de la maladie ou les formes sévères de la maladie.

Ces exigences ne sont pas nouvelles : il existe des vaccins utilisés contre d’autres maladies infectieuses qui sont excellents pour empêcher le virus d’envahir le corps d’un individu et de se répliquer à l’intérieur.

C’est le cas, par exemple, des doses contre la rougeole et la fièvre jaune. Quiconque les prend est bien protégé contre les virus qui causent ces maladies.

D’autres produits ne sont pas capables d’arrêter l’infection elle-même, mais ils l’empêchent d’évoluer et d’affecter le corps, ce qui nécessiterait une hospitalisation et des soins médicaux spécialisés.

Le vaccin contre la grippe s’inscrit parfaitement dans cette catégorie : quiconque reçoit l’injection au début de l’automne court un risque considérable de contracter le virus au cours des mois suivants. Mais, si cela se produit, les symptômes de la maladie seront beaucoup plus légers et ne nécessiteront pas de séjour prolongé dans les unités et les services de soins intensifs.

C’est bon pour l’individu, qui ne sent pas que sa santé est affectée, et pour le système de santé dans son ensemble, qui ne s’effondre pas avec l’arrivée de plusieurs patients en même temps, surtout en hiver, lorsque la circulation des virus qui affectent le système respiratoire se développe beaucoup.

Qu’ont-ils fait avec la Covid-19?

La pandémie, bien sûr, a apporté des défis supplémentaires à la carrière scientifique : l’humanité avait besoin d’une solution rapide. Il n’était pas possible d’attendre des années pour la mise au point d’un vaccin.

Pour accélérer le processus, toutes les sociétés pharmaceutiques et centres de recherche ont conçu les tests cliniques de leurs vaccins candidats pour voir s’ils seraient efficaces contre la maladie avec symptômes, deuxième condition définie par l’OMS.

Au stade actuel, il ne serait pas possible de mesurer si les vaccins préviennent l’infection (le premier résultat), pour deux raisons principales.

Premièrement, parce qu’une part considérable des personnes infectées par le coronavirus ne présente aucun symptôme. Et deuxièmement, une telle stratégie exigerait un appareil et des investissements financiers absolument gigantesques.

“Chaque étude impliquerait des dizaines de milliers de volontaires et, pour savoir si chacun de ces participants n’a pas contracté le virus, il serait nécessaire d’effectuer des tests de diagnostic sur chacun d’entre eux pendant plusieurs semaines consécutives. Pouvez-vous imaginer le coût de cela ?”, questionne la microbiologiste Natalia Pasternak, présidente de l’Institut Questão de Ciencia, Brésil.

L’autre option serait d’évaluer le pouvoir des vaccins contre les conditions les plus graves, qui nécessitent une hospitalisation et présentent un risque de décès plus élevé.

La difficulté serait dans le temps d’observation nécessaire : aux États-Unis, on estime que, sur 200 personnes infectées par le coronavirus, une meurt.

Il faudrait plusieurs mois aux chercheurs pour atteindre un nombre minimum de décès suffisant pour effectuer les calculs statistiques qui déterminent le taux d’efficacité et, comme nous l’avons vu précédemment, le délai pour créer une solution n’a jamais été aussi serré.

Compte tenu des limites, tous les concurrents ont fini par suivre la voie médiane : les essais cliniques de la phase 3 ont été conçus pour déterminer la quantité de candidats vaccins à protéger contre les symptômes de la Covid-19, comme expliqué dans les paragraphes précédents.

Le nombre de candidats vaccins qui ont progressé dans les essais cliniques, ont été approuvés ou sont actuellement testés par les organismes de réglementation.

Point d’inflexion

Mais voici une controverse majeure dans cette histoire : comment définissez-vous un symptôme de la Covid-19?

Chaque pharmacien et chaque centre de recherche ont établi leurs propres critères pour définir ce qui serait une infection suspecte au coronavirus.

“Dans les tests CoronaVac, Sinovac et Butantan Institute, par exemple, les volontaires ont été chargés de signaler tout inconfort qu’ils ressentaient, aussi léger soit-il”, décrit Pasternak.

Par la suite, ces participants ont subi des tests moléculaires (écouvillon nasopharyngé) pour savoir s’ils avaient la maladie ou non.

“Moderna, en revanche, a établi que, pour réaliser un tel examen, l’individu devait présenter au moins deux symptômes ou un signe très clair de Covid-19, comme un essoufflement”, ajoute le spécialiste.

Cette différence a bien sûr eu un impact sur les résultats des analyses préliminaires. Il n’est pas exagéré de supposer qu’un nombre considérable de participants qui ont reçu le vaccin de Moderna ont développé des formes légères ou modérées de maladie. Cependant, comme ils n’ont pas été soumis aux méthodes de diagnostic, ils ne savaient pas qu’ils avaient l’infection.

C’est l’une des raisons pour lesquelles les scientifiques ne focalisent pas autant leur analyse sur les taux d’efficacité.

Il faut comprendre que le vaccin n’est pas comme un médicament avec lequel on traite une personne. Le vaccin est quelque chose qui protège la communauté. Il ne peut pas être analysé d’un point de vue individuel, mais de la manière dont une population entière est protégée“, explique l’épidémiologiste, Denise Garrett, vice-présidente du Sabin Institute, une organisation internationale à but non lucratif qui promeut la vaccination dans le monde.

Observations parallèles

Pour prouver son innocuité et son efficacité, chaque nouveau vaccin subit un véritable rituel scientifique, qui comporte une série d’étapes.

“Tout commence par des expériences sur des cultures de cellules animales, où nous voyons si les molécules ont le potentiel de fonctionner chez l’homme”, explique le Dr Jorge Kalil, professeur d’immunologie clinique à la Faculté de médecine de l’Université de São Paulo.

Si les résultats sont bons, le produit est testé chez l’homme, en trois phases.

“Nous avons commencé avec un nombre limité de volontaires dans la phase un et, au fur et à mesure que les connaissances progressent, nous sommes passés à des dizaines de milliers de participants dans la phase trois”, résume Kalil, également directeur du laboratoire d’immunologie de l’Institut de cardiologie (InCor), à Sao Paulo.

Les vaccins Covid-19 ont traversé (et continuent de passer) ce marathon.

Le taux d’efficacité sur les symptômes de la COVID-19 est établi précisément à ce stade de trois essais cliniques.

Mais ce n’est pas la seule chose que les scientifiques mesurent : ils profitent de toute la structure pour faire des études et des mesures “parallèles”, appelées résultats secondaires.

Ils ne sont pas l’objectif principal de ce travail, mais ce sont des connaissances qui aident également à comprendre le pouvoir de ce vaccin candidat.

“En plus de savoir que CoronaVac avait un taux d’efficacité global de 50 % contre les symptômes de la maladie, la recherche a montré une protection de 78 % contre les symptômes bénins qui nécessitaient également une assistance médicale. Il s’agissait d’un résultat secondaire observé”, illustre Kalil.

Par conséquent, bien que des études cliniques aient été conçues pour évaluer la capacité des vaccins à prévenir les symptômes de la COVID-19, une grande partie des preuves a déjà indiqué que les avantages pourraient être plus prometteurs.

Et ces preuves sont maintenant confirmées, avec les premiers résultats réels des campagnes de vaccination contre le coronavirus.

L’exemple d’Israël

Avec environ 8,8 millions d’habitants, Israël a été le premier pays au monde à lancer et à étendre rapidement une campagne de vaccination contre la Covid-19.

“Le pays est devenu une étude de cas parfaite, car il utilise le même vaccin de Pfizer/BioNTech sur toute la population et le dosage à un rythme très rapide”, déclare Pasternak.

Les données publiées la semaine dernière par le ministère israélien de la Santé et les sociétés pharmaceutiques responsables du vaccin révèlent des résultats qui dépassent les attentes, tels que la baisse spectaculaire des cas, des hospitalisations et des décès dus à la covid-19.

“Les dernières analyses révèlent que les individus non vaccinés sont 44 fois plus à risque de développer les symptômes de l’infection et 28 fois plus susceptibles de mourir de la maladie”, ont déclaré les entités, dans un communiqué publié à la presse.

Remarque : les tests d’immunisation de phase trois de Pfizer et BioNTech ont été développés pour observer et mesurer l’efficacité contre les symptômes de la COVID-19. Mais, dans la vraie vie, tout indique que les doses sont également capables de prévenir les infections (le premier critère défini par l’OMS) et les formes très graves (le troisième critère).

Outre les vaccins Pfizer/BioNTech, Moderna et Oxford/AstraZeneca montrent déjà des effets similaires lorsqu’ils sont appliqués à grande échelle.

“Cela signifie que les vaccins peuvent avoir un impact sur la propagation du virus, et plus il y a de personnes protégées, plus il est difficile pour le virus de trouver une personne vulnérable”, soutient Garrett.

Le pied sur l’accélérateur

Il y a un ingrédient supplémentaire qui nécessite des campagnes de vaccination encore plus rapides : la découverte de nouvelles variantes du coronavirus.

On sait déjà que ces versions de l’agent infectieux se propagent plus facilement et qu’elles peuvent même toucher des personnes qui avaient déjà la maladie au cours des mois précédents.

Une autre crainte est que ces mutations dans le code génétique viral rendent les vaccins moins efficaces, voire complètement obsolètes.

C’est précisément pourquoi la vaccination doit être accélérée. “Les variantes sont inquiétantes. Les vaccins dont nous disposons actuellement représentent les types de coronavirus qui ont été décrits jusqu’à présent. Par conséquent, nous ne pouvons pas laisser le temps et l’espace pour que d’autres versions apparaissent et échappent à la solution que nous avons”, prévient Pasternak.

Le microbiologiste précise qu’en plus de mettre un pied sur l’accélérateur de la vaccination, il est nécessaire d’investir davantage dans le séquençage génétique et la surveillance génomique pour identifier ces nouvelles menaces depuis leur origine, avant qu’elles ne se propagent à d’autres coins.

Par BBC Afrique

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s